Poemes Par Iman Mersal


 
Home
Authors' Home 
Bookstore
Readers' Club
Writers' Workshop
Literature Corner 
Articles
In the News
Debate Corner
Special Events
Book Discussion Page
Guest Book 

Polls
Links
Arab World Books
Board of Trustees
In the Media
Services
Contact Us
Search our Site
 
 

 




D�signer le point faible

Par : Iman Mersal
Traduit par : Walid El Khachab



Mon camarade de classe, devenu architecte au Service des Antiquit�s
Fut interloqu� pour un instant
Parce que j�avais toujours les mains d�une �coli�re.

Il me dit, en partant en sens inverse
Qu�il ne s��tait pas sp�cialis� dans les �boulements,
Juste pour moi.



Extrait du recueil Marcher le plus longtemps possible
Charquiate, le Caire, 1997


Amina

Par : Iman Mersal
Traduit par : Walid El Khachab


Tu commandes la bi�re par t�l�phone
Avec l�assurance d�une femme qui conna�t trois langues
Et qui pr�cipite les mots dans des contextes surprenants.
D�o� vient toute cette s�r�nit�?
Comme si tu n�avais jamais quitt� la maison paternelle
Pourquoi � ta pr�sence tant de d�vastation involontaire
Toute cette pesanteur
Qui lib�re mes sens de leur obscurit�?
Que puis-je faire
Quand la chambre d�h�tel m�offre
Une amie parfaitement impeccable
Sinon lui lancer au visage
Une vulgarit� dont je suis digne
Une grossi�ret� bien choisie?

�merveille-toi donc!
Je suis juste
Je te c�de plus de la moiti� de l�air de la chambre
Pour qu�en �change tu me voies
Sans semblable
Toi qui es de vingt ans l�a�n�e de ma m�re
Tu portes des couleurs gaies
Tu ne vieilliras jamais.

Mon amie parfaitement impeccable
Pourquoi ne sors-tu pas � pr�sent?
Peut �tre entrerai-je dans les caisses grises
En essayant tes affaires absolument �l�gantes
Pourquoi ne sors-tu plus,
En me laissant tout cet oxyg�ne?
Le vide derri�re toi me pousserait peut �tre
� me mordre les l�vres, repentie
En regardant ta brosse � dents
Apprivois�e�et mouill�e.


Extrait du recueil Couloir obscur pour apprendre � danser
Charquiate, Le Caire, 1995.

 



J�ai un nom musical

Par : Iman Mersal
Traduit par : Walid El Khachab



La fen�tre pr�s de laquelle je m�asseyais
Me promettait peut-�tre une gloire exceptionnelle.
J�avais �cris sur mes cahiers
Iman�
�l�ve � l��cole Iman Mersal.

Ni la baguette du grand professeur
Ni les rires qui �chappaient des bancs au fond
N�ont pu me le faire oublier.

J�avais pens� donner mon nom � notre rue
� condition qu�on �largisse les maisons
Et qu�on construise des chambres secr�tes
Pour permettre � mes amies de fumer dans leurs lits
Sans �tre vues de leurs fr�res a�n�s.

Apr�s la d�molition des toits, pour all�ger les murs,
Et le transfert des souliers et ustensiles des grands-m�res d�c�d�es,
Des bo�tes vides que les m�res ont expuls�es
Dans une autre rue � apr�s avoir longtemps servi -,
On pourrait peindre les portes en orange
- Expression symbolique de la joie �
Et poser des poign�es perc�es, pour que chacun
Puisse espionner les familles nombreuses.
Ainsi personne ne serait seul dans notre rue.

� Les exp�riences pionni�res
Sont l��uvre des grands esprits. �
Ainsi pourraient me d�crire les passants
Qui se baladeraient sur le trottoir blanc
D�une rue qui porterait mon nom.
Mais � cause d�une vieille haine mutuelle
- Ses pierres avaient laiss� des marques sur mon genou �
J�avais estim� qu�elle n��tait point digne de ce nom.

Je ne me souviens pas�quand ai-je d�couvert
Que j�avais un nom musical, avec lequel je pouvais signer
Des vers rythm�s,
Et que je pouvais brandir
Face � des amis aux noms connus
Qui ne comprennent pas le sens profond
D�un nom �quivoque qu�offre le hasard,
Un nom qui te compromet,
Qui te propose d��tre quelqu�un d�autre,
Comme lorsqu�une connaissance nouvelle te demande :
Es-tu chr�tien?
Ou bien : as-tu des origines libanaises?

H�las, quelque chose est arriv�:
Quand une connaissance m�interpelle
Je regarde autour de moi troubl�e.
Un corps comme le mien
Une poitrine que la respiration serre jour apr�s jour
Peuvent-ils porter un tel nom?

Et puis
Je me vois souvent
Entre la chambre � coucher et la salle de bains
Car je n�ai pas l�estomac d�une baleine
Pour vomir ce que je n�arrive pas � dig�rer.


Extrait du recueil Couloir obscur pour apprendre � danser
Charquiate, Le Caire, 1995.



 

****************

Back to Top 


� Arab World Books